DMLA, Glaucome, Strabisme : où en sommes-nous ?

Publié dans : Les lundis de la santé, lundi 28 mai 2018, par Jean Denis - Service promotion de la santé

Lundi de la santé – 28 mai 2018
DMLA, glaucome, strabisme : où en sommes-nous ?
Dr Catherine COCHARD - Dr Yvan DELAFOY - Dr Charlotte HUGNY-LARROQUE

Le glaucome est une pathologie fréquente, ne se révélant par aucun signe d’alerte avant son évolution tardive irréductible. Il est le plus souvent lié à une montée de la tension oculaire avec destruction progressive du nerf optique et diminution du champ visuel qui, en l’absence de traitement, conduit à la cécité. Son dépistage systématique lors des consultations ophtalmologiques permet la mise en place et l’ajustement des traitements : collyres, laser ou chirurgie filtrante. Cette dernière décennie a connu des progrès majeurs de l’imagerie oculaire, qui permet de mieux détecter et suivre l’évolution, ainsi que des traitements avec la naissance de nouvelles familles de collyres, de leur combinaison et de la suppression des conservateurs pour une meilleure tolérance. Les dernières avancées de la chirurgie sont marqués par l’avènement des micro-drains permettant une approche dite micro-invasive. Cette pathologie, qui est une priorité de santé publique, sera sans nul doute aidée à l’avenir par l’intelligence artificielle et le travail aidé, facilitant son dépistage et son suivi.

Le strabisme se caractérise par la perte de l’alignement des deux yeux, qui « louchent » par défaut de travail synergique, ce qui affecte la vision binoculaire. Normalement la vision est assurée sur les deux yeux en même temps afin d’assurer la perception d’une image et d’assurer la perception des reliefs ; ces propriétés pourront être altérées en cas de strabisme. Cette pathologie peut apparaître tout au long de la vie : très tôt dans l’enfance (c’est le cas des strabismes dits "précoces") ou plus tard comme dans le cas des paralysies oculomotrices. Le traitement médical chez l’enfant, représenté en particulier par lunettes, caches et rééducation est urgent et indispensable pour éviter l’apparition d’une amblyopie, c’est à dire l’absence de développement visuel d’un œil (voire des 2 yeux), qui n’est plus rattrapable après 6 ans. La chirurgie des muscles oculomoteurs est le traitement permettant de redresser les yeux dans les strabismes importants. Elle repose sur des techniques d’affaiblissement de certains muscles et de renforcement d’autres muscles. Il est donc fondamental en termes de santé publique d’assurer le dépistage et la prise en charge des troubles visuels de l’enfant pour lutter contre la survenue de l’amblyopie irréductible.

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge DMLA est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans. Il s’agit d’une maladie chronique et évolutive.
Elle touche sélectivement la région maculaire, c’est à dire la zone centrale de la rétine, entraînant une perte progressive de la vision centrale. Elle laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale.
La DMLA peut ainsi conduire à une perte de la vision centrale, tout en laissant habituellement intacte la vision périphérique.
Les facteurs de risque clairement définis de la DMLA sont l’âge et le tabac. La DMLA débute en règle générale à un œil avec des symptômes peu perceptibles car le deuxième œil permet une vision peu invalidante. Cela peut conduire à la découverte de la maladie à un stade très évolué.
Or des modifications de la macula peuvent être découvertes à un stade précoce. Les personnes âgées de plus de 50 ans doivent prendre davantage conscience de l’importance de se soumettre à des examens ophtalmologiques réguliers.

Retrouvez la conférence en cliquant ici